webleads-tracker

oldnews

AKANEA annonce la sortie commerciale d’Akanea TMS Freight Forwarding, portail Cloud dédié à la Supply-Chain

Nous l’annoncions en novembre 2016 pour le début de l’année 2017. Akanea TMS Freight Forwarding - portail TMS 100 % Cloud, multimodal, multi-métiers et multilingue de gestion globale des dossiers de transport à l’international - sera disponible commercialement dès mars 2017, après avoir été validé opérationnellement par un professionnel du maritime et par un professionnel de l’aérien.


Akanea TMS Freight Forwarding est le cœur de l’offre logicielle globale Supply-Chain d’AKANEA qui s’adresse aux professionnels intervenant à différents niveaux tout au long de l’exécution de la supply-chain ; à savoir les organisateurs de transport international, les prestataires logistiques, importateurs, exportateurs et industriels. Akanea TMS Freight Forwarding assure la gestion et les opérations d’import/export, cross-trade, transit, groupage, direct : que ce soit en mode aérien, maritime, routier ou mixte.


Un TMS au service de l’attractivité des professionnels dans un contexte de forte désintermédiation et libéralisation


Le CDU, lancé le 1er mai 2016, a pour objectif d’adapter la législation douanière européenne aux évolutions du commerce international. Parmi les principales évolutions, on note un renforcement du statut OEA, ainsi qu’un encouragement à la centralisation des opérations de dédouanement entrainant une décorrélation toujours plus forte des flux physiques et des flux d’information. Dans ce cadre, la performance du système d’information des transitaires sera un des facteurs déterminant la compétitivité des professionnels du transport international au sein de l’Europe, mais aussi à l’échelle mondiale.


«Avec Akanea TMS Freight Forwarding, nous proposons un TMS parfaitement en adéquation avec les enjeux des professionnels de la supply-chain impliqués dans le commerce international aujourd’hui. Il est multilingue et accessible via un Cloud privé assurant partage, unicité et sécurité de l’information. Il est personnalisable en fonction des utilisateurs, des bureaux ou des agences partout dans le monde. Il assure des échanges intelligents avec les infrastructures de moyens (ports, aéroports et 3PL), il est parfaitement intégré avec Akanea WMS, Akanea DOUANE et Akanea TMS Route, et enfin, il propose une traçabilité en temps réel des événements et documents à l’ensemble de la chaîne logistique impliquée. Grâce à Akanea TMS Freight Forwarding, le professionnel préserve sa valeur ajoutée d’agent de centralisation et de tiers de confiance auprès de ses clients. » souligne Arnaud MARTIN.


Plus qu’une offre 100% Cloud : la 1ère offre PaaS Supply-Chain


« Au-delà d’un portail TMS 100% Cloud, nous proposons une offre PaaS (Plate-forme as a Service) à travers ce tout nouveau TMS. Il s’agit d’une offre de Cloud Computing qui fournit à la fois la solution logicielle, mais également un environnement informatique de développement qui permet une très grande flexibilité pour l’utilisateur » indique Arnaud MARTIN – Directeur de Développement des Marchés.


En effet, Akanea TMS Freight Forwarding offre un noyau standard, dont les mises à jour et les évolutions fonctionnelles et règlementaires sont managées par AKANEA, via son Cloud privé, en toute transparence et sécurité. La société utilisatrice quant à elle, peut enrichir l’application à volonté pour être en adéquation parfaite avec son métier et ses besoins. Les mises à jour applicatives managées par AKANEA préservent les aménagements effectués, la société utilisatrice bénéficiant à la fois de l’évolutivité d’un logiciel 100% Cloud et de la flexibilité d’une application extrêmement personnalisable.


« Le bénéfice direct pour le client, c’est une réduction des coûts d’intégration du logiciel. Car au-delà du logiciel lui-même, ce sont ces coûts qui viennent peser fortement sur le choix d’un TMS et sur son évolutivité. Chaque entreprise est unique, il faut savoir adapter le Système d’Information à chaque identité client et à ses axes de développement. C’est pourquoi nous avons souhaité proposer un TMS très personnalisable et modélisable. Le client peut l’enrichir, tout en bénéficiant simplement des évolutions proposées par l’éditeur. » conclut Arnaud MARTIN.


Téléchargez le communiqué de presse

Quels sont les enjeux de la traçabilité dans la Supply-Chain en 2017 ?

Elaboré en étroite relation avec des experts métiers de la Supply-Chain, AKANEA vous propose de découvrir, à travers ce livre blanc, les enjeux et défis de la traçabilité au cœur de la transformation digitale en 2017. Livre blanc en téléchargement gratuit sur notre site.

bandeau-livre-blanc-2


TÉLÉCHARGEZ LE LIVRE BLANC SUR LA TRAÇABILITÉ

Elaboré en étroite relation avec des experts métiers de la Supply-Chain,
AKANEA vous propose de découvrir, à travers ce livre blanc, les enjeux et défis
de la traçabilité au cœur de la transformation digitale en 2017.


Quels sont les enjeux de la traçabilité
dans la Supply-Chain en 2017 ?


Depuis de nombreuses années, la notion de traçabilité est systématiquement
mise au coeur de la Supply-Chain et fait partie intégrante de l’écosystème logistique.
Cependant, on regroupe dans ce terme un ensemble de données, toujours plus larges
et plus complexes au fil des années.

La libéralisation des échanges, la mondialisation des flux
mais aussi les exigences accrues des consommateurs continuent
à élargir ce que l’on nomme traçabilité.


Téléchargez gratuitement notre livre blanc >>>>>>>>

livre-blanc

AKANEA, c’est 25 ans d’expérience,
1 200 clients représentant plus de 16 000 utilisateurs finaux.


TÉLÉCHARGEZ LE LIVRE BLANC

Les champs avec * sont obligatoires / Fields marked with a * are mandatory

AKANEA, membre actif du GTF

Le GTF oeuvre au développement de normes et de standards et accompagne les professionnels dans le déploiement de solutions novatrices.


Le GTF est à l'écoute des besoins de ses membres et de leurs clients dans tous les domaines du transport et de la supply chain.


Le GTF a élaboré les messages INOVERT afin de permettre aux transporteurs d’échanger des informations via EDI.


AKANEA fait partie du conseil d’administration du GTF depuis 2001 et, en tant que membre participant, collabore activement à l’évolution des messages d’échanges INOVERT. AKANEA propose en effet sa propre plate-forme d’échange EDI.


L’EDI est un formidable outil facilitateur d’échanges entre les différents acteurs de la chaîne économique, logistique et administrative.


Sa mise en œuvre, au-delà du simple échange de données, nécessite une intégration de process entre les différents acteurs qu’ils soient logisticiens, transporteurs, producteurs, négociants, GMS, douane, etc… afin d’automatiser et optimiser les communications et leur intégration dans votre système informatique. AKANEA assure la gestion, la supervision, la traduction, le traitement et l’hébergement des échanges EDI.


AKANEA via sa plate-forme EDI traite 2,5 millions d’événements transport chaque jour et 20 millions d’ordres de transport sont échangés chaque année.


GTF

Akanea TMS : AKANEA poursuit sa route avec la Version 14.2

A l’occasion de la 13eme édition du salon Solutrans qui se tiendra du 17 au 21 novembre prochain à Eurexpo Lyon, AKANEA Développement présentera la nouvelle version V14.2 de son TMS, intégrant la gestion multi-activités, la signature au doigt et le nouveau planning graphique, Akanea TMS Xplan.

 

Nous annoncions au deuxième trimestre 2015, la sortie de la version 14 d’Akanea TMS : mode SaaS, mobilité, communication avancée avec l’écosystème du transporteur grâce à la station chargeur et la station confrère…

 

AKANEA poursuit l’enrichissement de cette version avec la sortie de la V14.2 incluant un ensemble de fonctionnalités résolument tournées vers l’opérationnel et le quotidien de l’exploitant, du conducteur et du chef d’entreprise.

 

Le multi-activités intégré dans un seul TMS

 

Depuis plus de 25 ans, AKANEA sert toutes les activités du transport routier de marchandises, que ce soit le lot complet, le lot partiel, le groupage, l’affrètement, la route à l’international ou encore les métiers de la messagerie, de la course et de l’express.

 

Pré-décliné sur toutes ces activités, Akanea TMS V14.2 est directement opérationnel pour les utilisateurs, que le professionnel se consacre à un seul métier ou qu’il travaille en mode multi-activités. Grâce à une industrialisation du pré-paramétrage du logiciel, AKANEA est en effet en mesure d’offrir une très grande profondeur fonctionnelle correspondant à chaque grand métier du TRM.

 

« Akanea TMS était déjà extrêmement riche pour les métiers du lot, du demi-lot, du groupage, de l’affrètement et de l’international. Nous avons enrichi significativement la déclinaison messagerie du TMS : INOVERT 4.0, modernisation du process d’arrivage, nouveaux écrans de SAV, retour de tournées, enrichissement de l’information, simplicité dans les suivis, etc… » indique Arnaud MARTIN, Directeur de développement des marchés. « La version V14.2 intègre aujourd’hui une gestion multi-activités, en SaaS et avec la Mobilité. Cette dernière étant d’un apport précieux dans le métier de messager, et dans tous secteurs nécessitant le besoin d’une traçabilité accrue. »

 

En effet, les conducteurs équipés du module Akanea TMS Mobilité peuvent maintenant faire signer le destinataire directement sur l’écran du smartphone connecté via l’application mobile Akanea TMS V14.2. A ne pas confondre avec la signature électronique, cette fonctionnalité permet de signer du bout du doigt au lieu de signer au stylo sur le récépissé de livraison, évitant ainsi de gérer le document sous format papier. Plus besoin de passer par l’agence pour récupérer un bon pré-imprimé, plus besoin de remplir un carnet à souches dans le véhicule… le conducteur présente son smartphone au destinataire qui signe.

 

Pour rappel, Akanea TMS Mobilité permet aux conducteurs (moyens propres ou affrétés), depuis un smartphone ou une tablette tactile connectés à Internet, d’accéder aux coordonnées des clients à livrer, de visualiser des itinéraires routiers, de consulter les ordres de transport, de saisir des événements d’exploitation (chargé, livré, etc…), de photographier le récépissé émargé par le client, un colis en avarie et d’associer ces photos à l’ordre concerné. Les conducteurs sur le terrain disposent en temps réel des missions affectées par les exploitants ; les exploitants prennent connaissance des événements laissés par les conducteurs et visualisent en direct les émargés photographiés, le visuel de la signature du destinataire ou encore par exemple la signature dessinée, directement intégrée dans l’émargé. « Application transport mobile connectée, Akanea TMS étend l’exploitation jusqu’au personnel roulant ! Akanea TMS est LE logiciel de gestion transport, véritable Tour de Contrôle de l’activité du professionnel du TRM », indique Arnaud MARTIN, Directeur de développement des marchés.

 

Akanea TMS Xplan : Nouvelle génération de planning d’exploitation

 

Un outil d’aide à la décision pour tous les exploitants et tous les métiers du transport

 

En 2015, AKANEA lance une refonte totale, aussi bien technologique que fonctionnelle du planning graphique proposé dans son TMS.

 

« Nous nous sommes appuyés sur des groupes de travail constitués d’une part de nos consultants et formateurs métiers qui côtoient les transporteurs au quotidien depuis - pour certains - plus de 15 ans ; et d’autre part sur l’expérience de nos clients qui ont exprimé leurs besoins en matière de planning. Car il n’y a pas UN planning graphique mais bien PLUSIEURS plannings graphiques, ceci en fonction de la typologie métier et de la spécialité exercée », indique Arnaud MARTIN.

 

AKANEA propose ainsi au cœur de son TMS plusieurs modèles de plannings, développés et spécialement pensés pour chaque typologie de métier : le lot partiel, le groupage, le vrac, la benne, la citerne, le containeur, etc… « Notre objectif est de pouvoir proposer à nos clients un planning simple, fonctionnel, adapté à leur activité et surtout sur lequel ils puissent être opérationnels extrêmement rapidement », ajoute Arnaud MARTIN. « Deux ou trois heures de formations suffisent sur ce planning ».

 

Akanea TMS Xplan, le planning graphique d’Akanea TMS, est intuitif et ergonomique, avec une information riche mais toujours lisible et opérationnelle pour l’utilisateur : visibilité des ressources, des missions, indicateurs chiffrés, jauges et alertes, liens directs vers des tableaux de bord, affichage cartographique en temps réel, affichage des informations remontées en temps réel de l’informatique embarqué ou des fonctions mobilité, des fonctions de planification et déplanification simplifiées, en mono ou multi sélections, par simples drag and drop…

 

« Nous avons nommé ce nouveau module Xplan, en référence à l’Exploitant, à l’Expérience Utilisateur et à l’Expertise. Le planning a un double objectif que nous visons à servir. Tout d’abord, un objectif tactique, c’est à dire la simulation de l’organisation en mode prévisionnel (abonnements, flux EDI par exemple). Puis, au fur et à mesure que le prévisionnel devient réel, le planning devient la Tour de Contrôle opérationnelle de ce qui se passe sur le terrain, à travers par exemple l’apport de l’informatique embarquée, de la mobilité, de la disponibilité des ressources, de la cartographie et de tous les événements qui font le quotidien de nos clients (fermeture, annulation d’enlèvement, apport soudain de fret, etc…). Il s’agit d’un véritable outil d’aide à la décision, qui centralise toutes les informations d’exploitation pour la gestion des ressources propres et affrétées. Le planning de notre TMS V14.2 allie simplicité du planning papier et richesse d’un TMS », conclut Arnaud MARTIN.

 

Téléchargez le document

 

Le 21 octobre 2015

Akanea DOUANE V4 : un périmètre enrichi pour toujours plus de productivité

AKANEA Développement présente la nouvelle version V4 de son logiciel de dédouanement, Akanea DOUANE. Objectif : faciliter le quotidien des utilisateurs et accélérer les délais de contrôle des documents douaniers.

 

Depuis plus de 25 ans, AKANEA Développement travaille en étroite collaboration avec la DGDDI (Direction Générale des Douanes et Droits Indirects) dans tous les projets de dématérialisation et de traçabilité des procédures douanières. Fort de son expertise, Akanea DOUANE a été parmi les toutes premières solutions certifiées par les Douanes pour assurer et simplifier les procédures de dédouanement NSTI, Delta C, Delta D, GAMMA, ECS, ICS.

 

Nativement intégré avec Akanea TMS Inter et Akanea WMS, Akanea DOUANE est un service connecté qui permet aux opérateurs gérant des flux de marchandises à l’international ou des marchandises soumises à accises (transitaire, industriel, producteur, importateur, exportateur, négociant ou logisticien) d’effectuer en toute sécurité leurs déclarations, en parfaite conformité avec les procédures réglementaires. Aujourd’hui, 15% des flux de déclarations émis vers le Centre Informatique Douanier le sont via la plate-forme Akanea DOUANE.

 

Le nouveau module de gestion des « Régimes Economiques » disponible en mode SaaS (Software as a Service)

 

En commerce international, pour faire entrer des marchandises sur le territoire européen, une entreprise peut faire le choix d’utiliser les régimes économiques, déclinables en plusieurs options :

 

- L’entrepôt douanier : les marchandises soumises à ce régime sont en suspension des droits et taxes pour une durée illimitée.
- Le perfectionnement actif : permet de faire entrer des marchandises dans l’Union Européenne pour transformation, en vue d'un ré-export du produit transformé obtenu.
- Le perfectionnement passif : exportation temporairement des marchandises hors de l’Union Européenne pour transformation, puis réimportation en ne payant que les droits afférents à la valeur différentielle.
- L’admission temporaire : importation temporaire ne dépassant pas 24 mois, (par exemple pour du matériel de chantier, des œuvres destinées à une exposition…).
- La transformation sous douane : importation dans l'Union Européenne de marchandises non communautaires pour leur faire subir des opérations de transformation sans qu'elles soient soumises aux droits et taxes à l'importation.

 

Grâce à sa nouvelle version V4, Akanea DOUANE intègre désormais la gestion des régimes économiques en mode SaaS.

 

Ce nouveau module offre une meilleure fluidité de l’information, en particulier avec les procédures DELTA. En effet, des interfaces ont été mises en place afin d’automatiser la création des déclarations depuis les divers logiciels détenus en amont par les entreprises (gestion de production, ERP, gestion commerciale …). Ce type d’interface permet un gain de productivité significatif mais aussi d’avoir des contrôles beaucoup plus forts et sécurisants. Il est par exemple possible de comparer des inventaires issus des systèmes de logistique (WMS) avec la comptabilité matière [déf.] intégrée à Akanea DOUANE.

 

« La gestion des régimes économiques dans Akanea DOUANE est un vrai plus. La maîtrise des coûts, des stocks et le gain de temps considérable pour chaque utilisateur grâce aux nouvelles fonctionnalités nous permet de renforcer notre position de logiciel de référence pour les procédures douanières » déclare Jean-Marc Roche, Responsable Commercial et Marketing Douane d’AKANEA Développement.

 

Akanea DOUANE interconnecté à I-CITES

 

La CITES (Convention de Washington) encadre et régule le commerce international de plus de 34000 espèces de faune et de flore sauvages. Elle a pour objectif de garantir que le commerce international des espèces inscrites dans ses annexes, ainsi que des parties et produits qui en sont issus, ne nuit pas à la conservation de la biodiversité et repose sur une utilisation durable des espèces sauvages.

 

Pour faciliter la mise en œuvre des réglementations internationales, européennes et nationales et raccourcir la durée du contrôle des documents douaniers, l’Administration des Douanes françaises a mis en place le projet nommé « I-CITES ».

 

Fort de son expertise, AKANEA Développement a été sollicité par la Douane française pour accompagner ses clients « pilotes » sur le projet. L’objectif est d’intégrer dans la déclaration DELTA les permis d’importation, les permis d’exportation, les notifications d’importation et les certificats de réexportation. Le contrôle de ces documents se fait grâce à une interface entre le système central DELTA et l’application I-CITES, via le projet du Guichet Unique National (GUN).

 

L’interconnexion de I-CITES à Akanea DOUANE en mode SaaS permettra d’ici la fin du 1er semestre 2015 d’automatiser le contrôle des documents et d’accélérer considérablement le délai de dédouanement : par exemple, la génération du Bon À Enlever (BAE) sera immédiate (sauf si décision de contrôle).

 

La nouvelle version d’Akanea DOUANE inclut la gestion des fiches d’imputations dans la saisie des déclarations Delta-C et Delta-D, et la gestion des codes alertes GUN.

 

Téléchargez le document

 

Le 16 juin 2015

LE DEFI DES ECO CONFORMITES DANS LE TRANSPORT ROUTIER DE MARCHANDISES

LE DEFI DES ECO CONFORMITES DANS LE TRANSPORT ROUTIER DE MARCHANDISES



A la fin de l’année 2015, Paris accueillera une des plus grandes conférences internationales jamais organisées dans le pays, la COP21, également connue sous le nom de la Conférence sur le Climat à Paris. 50 000 participants sont attendus et l’objectif affiché est ambitieux : obtenir  un accord universel sur le climat pour maintenir le réchauffement climatique en-dessous de 2°C.


Cet évènement est l’occasion pour nous, de revenir sur les efforts déjà entrepris dans le secteur du transport routier en faveur de l'environnement depuis déjà de nombreuses années.


a) L’Europe au cœur du développement durable


Le Transport Routier de Marchandises (TRM) est au cœur de notre économie et achemine à lui seul environ 80% des produits au sein de l’Union Européenne. Le marché de libre échange a permis de libéraliser la circulation et les restrictions nationales qui entravaient, dans ce secteur, la libre prestation des services et des flux routiers.


Cette démocratisation des échanges permet à tout transporteur, répondant aux critères qualitatifs fixés par les directives communautaires, de s’établir et de fournir des services dans chacun des Etats membres.


En contrepartie, ce marché se doit d’être harmonisé sur plusieurs niveaux grâce à une règlementation communautaire adoptée par tous (portant sur la formation, le temps de travail, les normes techniques, la sécurité routière…).


Il apparaît cependant que le secteur du transport routier de marchandises est fortement dépendant, pour son fonctionnement, aux produits pétroliers polluants (à 96%) et contribue malgré des progrès techniques conséquents, à une dégradation globale de l’environnement. L’Europe s’est penchée sur la problématique et a décidé d’agir sur l’ensemble du trafic (urbain et interurbain) afin de mieux réguler son augmentation et la pollution en résultant. Malgré la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TIPP), les émissions de gaz à effet de serre ont continué à croître indépendamment de la baisse de consommation de ces mêmes produits. Ces émissions représentent un coût supplémentaire pour la collectivité non pris en compte dans la TIPP, taxe essentielle mais non suffisante pour entrer dans une vraie politique de développement durable.


C’est dans ce contexte, que la Commission Européenne a présenté dès 1992, un projet de directive plus large appelé Eurovignette. Cette directive introduit le principe du pollueur-payeur. Chaque état a ensuite le choix sur le mode d’application au niveau national. Ainsi les différentes taxes découlant de l’Eurovignette n’ont pas vu le jour au même moment ni de la même manière dans l’Union Européenne.


b) Une nouvelle directive Eurovignette : internaliser les coûts externes


La directive Eurovignette permet aux États membres de mettre en œuvre des droits d'usage ou des péages pour les poids lourds de plus de 3,5 tonnes. La directive a été modifiée en 2006 afin de moduler les tarifs en fonction des caractéristiques environnementales des véhicules.


Une nouvelle fois révisée, la directive permet désormais aux États membres de taxer les poids lourds pour la pollution atmosphérique et sonore due au trafic et plus seulement pour les coûts d'infrastructure. La notion de "redevance pour coûts externes" fait ainsi son entrée dans la directive, étant définie comme une redevance perçue aux fins de recouvrer les coûts supportés dans un État membre en raison de la pollution atmosphérique due au trafic et/ou de la pollution sonore. La redevance pour coûts externes liée à la pollution atmosphérique due au trafic ne s'appliquera pas aux véhicules qui respectent les normes d'émission EURO les plus strictes pendant quatre ans à compter des dates d'instauration de ces normes. Ainsi, les véhicules EURO VI seront exonérés jusqu'au 31 décembre 2017. Les véhicules dont le niveau d'émissions est inférieur à la norme EURO VI, à savoir les poids lourds hybrides et électriques, sont exonérés. Le critère de congestion n'a pas été retenu dans le cadre des coûts externes mais pourra toutefois être pris en compte. Il sera ainsi possible d'augmenter les redevances en période de pointe, sans que la période n'excède cinq heures par jour, afin de mieux gérer le trafic et réduire les encombrements. La redevance d'infrastructure pourra alors être modulée pour tenir compte de la congestion routière à raison d'un taux de variation maximum de 175% durant ces périodes de pointe.


Une disposition de la directive permet aux États membres de décider d'appliquer des péages et/ou des droits d'usage uniquement aux véhicules de 12 tonnes ou plus.


c) Les raisons d’intégrer le développement durable dans sa stratégie de croissance


Près d’1/3 des chargeurs ont déjà introduit des critères de performance environnementale dans leurs appels d’offres. Pour 54% des chargeurs et des transporteurs, les actions "vertes" mises en œuvre ont permis de tirer les coûts et les prix vers le bas. Outre cet aspect financier, nous pouvons distinguer 4 raisons clés à cette intégration :


- L’anticipation des contraintes (taxe Carbone, hausse du prix du pétrole, affichage des émissions de C02…)
- Réduire les coûts (réduction des consommations énergétiques, gain de temps, réduction des accidents…)
- Une meilleure gestion de l’entreprise (réduction des accidents, motivation et bien-être des salariés…)
- Fidéliser les clients, répondre et anticiper la demande des chargeurs.


d) Normes Euro et nouvelle norme Euro 6 ou comment obliger les transporteurs à renouveler leurs parcs


Les normes Euro sont un ensemble de règlementations fixant les limites maximales de rejets polluants pour les véhicules roulants selon, leurs catégories (automobiles, motos, poids lourds, utilitaires légers) leur moteur (essence, diesel, explosion) et leur date de mise sur le marché.


Mises en application depuis plus de 20 ans (1990, norme Euro 0), les progrès de réductions d’émissions d’oxydes d’azote ou de particules ont été considérables.
Par exemple, l’objectif d’Euro 6, à lui seul, est de réduire de près de 50 % les émissions polluantes par rapport à Euro 5.


Entre 1988 et 2010, on estime que les poids lourds ont divisé par 8 les émissions de NOx, par 20 les émissions de particules. Dans le même temps, la consommation a été divisée par 2, alors que la puissance des camions a augmenté de 50%.


À compter de l’entrée en vigueur des normes Euro 5 et Euro 6, les États membres ont comme obligation de refuser la réception, l’immatriculation, la vente et la mise en service des véhicules qui ne respectent pas ces limites d’émission.


La norme Euro 5 est applicable depuis le 1er octobre 2009 pour la mise en service et depuis le 1er janvier 2011, seuls les poids lourds neufs répondant à cette norme peuvent être proposés à la vente (immatriculation et vente des nouveaux types de véhicules). La norme Euro 6 est applicable depuis le 31 décembre 2012.

Il devient donc de plus en plus stratégique vis-à-vis des chargeurs, mais aussi plus rentable, d’utiliser des poids lourds récents. Ces normes Euro orientent fortement le marché vers un renouvellement du parc.


e) Les éco conformités : un terme obscur pour des enjeux majeurs


Ce terme d’éco conformités réunit de nouvelles règlementations qui orientent fortement le marché du transport routier de marchandises vers le développement durable : écotaxe ou vignette, affichage CO², Norme Euro 6, tels sont les enjeux majeurs de ces prochaines années auxquels les transporteurs devront faire face.


Pour réorienter les chargeurs vers des organisations de transport moins émissives de gaz à effet de serre, le principe d'une information obligatoire sur les émissions de CO2 générées lors d'une prestation de transport a été acté lors du Grenelle de l'Environnement et surtout mise en application en octobre 2013.


Pour le Ministère, l’accès à cette donnée permet de sensibiliser l'ensemble des intervenants de la chaîne du transport sur les émissions de CO2 et d'orienter, à terme, les choix des professionnels vers les solutions les plus économes sur les plans énergétique et climatique.


L'article 228-II de la loi "Grenelle 2" du 12 juillet 2010 prévoit donc que "tout transporteur doit communiquer à son chargeur les émissions de CO2 qu'il aura émises pour réaliser une prestation de transport".


f) Affichage CO2/ Charte CO2, même combat ?


Les poids lourds sont des outils de production, dont l’effort de réduction des émissions de gaz polluants a été particulièrement significatif depuis ces vingt dernières années. Ces émissions ont diminué de 76 % à 94 % entre 1990 et 2006.


Le Ministère de l’Écologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement ainsi que l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie), en concertation avec les organisations professionnelles du secteur du transport routier de marchandises, ont souhaité aller plus loin et ont élaboré une charte intitulée « Charte d’engagements volontaires de réduction des émissions de CO2».


Lancée officiellement le 16 décembre 2008, cette démarche est identifiée par le logo « Objectif CO2. Les transporteurs s'engagent ».


Les premières chartes ont été signées au niveau national dès mars 2007 par six entreprises de transport routier de marchandises et par 10 autres, le 16 décembre 2008. En 2014, plus de 1000 entreprises du transport étaient rentrées dans ce process volontaire. Ce plan de réduction des émissions de CO2 applicable pendant 3 ans minimum, a pour objectif de diminuer les consommations de carburant. Ce 2ème poste de dépense au niveau de l’entreprise, a enregistré ainsi des baisses de 15% en moyenne ce qui a permis aux transporteurs de sécuriser leur marge tout en véhiculant une image éco-responsable de transporteur propre. L’affichage rendu obligatoire à partir d’octobre 2013 donne potentiellement donner un avantage concurrentiel aux sociétés ayant adopté cette charte.


La charte "Objectif CO2" cible toutes les entreprises de transport routier pour compte d’autrui ou ayant une flotte en compte propre, utilisant des véhicules routiers ayant un PTAC supérieur ou égal à 3,5 tonnes, quelles que soient leur taille ou leur activité.


Les entreprises s'engagent sur 3 ans dans un plan d'actions concrètes et personnalisées en vue de diminuer leur consommation de carburant et par voie de conséquence, leurs émissions de CO2 (principal gaz à effet de serre). Cette démarche fournit aux entreprises un cadre méthodologique cohérent, fiable et reconnu au niveau national.


Pour signer la charte, l’entreprise doit respecter les prérequis suivants :


- Réaliser un diagnostic CO2 qui vise notamment à faire un état des lieux de sa situation, choisir le périmètre d'engagement et l'année de référence.
- Définir des indicateurs de performance environnementale propres à l’entreprise (de type gCO2/t.km).
- Définir un plan d’actions sur une période de 3 ans (avec l'aide de Fiches actions). Il doit être élaboré autour des quatre axes de la démarche (le véhicule, le carburant, le conducteur et l’organisation des flux de transport).


Choisir au moins une action par axe étant précisé qu’à toute action retenue, devra correspondre un objectif chiffré et mesurable à atteindre dans un délai déterminé afin de pouvoir suivre et évaluer les résultats obtenus.


L’AFFICHAGE CO2 DANS AKANEA TMS


L’article L1431-3 du code des Transports (ex article 228-II de la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010) portant sur un engagement national pour l’environnement oblige les prestataires de transport à informer le bénéficiaire de la prestation sur les émissions de dioxyde de carbone correspondantes (marchandises et voyageurs).


Cette obligation concerne tous les modes de transport ayant leur point de départ ou d’arrivée en France, quel que soit le type de véhicule/transport utilisé. Elle s’applique sur les segments de transport.


La communication doit se faire au plus tard 2 mois après la prestation de transport sous n’importe quelle forme, validée par le transporteur et son client : devis, facture, report, mail, courrier, etc.


1) 4 niveaux de valeur, une règle de calcul


- Niveau 1 : valeurs définies par décret et qui reposent sur des moyennes nationales
- Niveau 2 : valeurs globales sur une année dans l’entreprise de transport
- Niveau 3 : valeurs définies par activité, par véhicule, par client, etc … au niveau de l’entreprise
- Niveau 4 : valeurs réelles suite à la prestation de transport


2) Une règle de calcul


Consommation du véhicule (litre/km) : niveau 1, 2, 3
x
Facteur d’émission (Kg de CO2/l) : défini par décret
x
Km : CNR, cartographie, informatique embarquée (au choix)
x
Poids transporté / Tonnage moyen transporté : niveau 1, 2, 3, 4


NIVEAU 1
Avantages
• Assure une mise en conformité
• Simple à mettre en place à condition de connaître le type de véhicule
Inconvénients
• Des moyennes nationales : aucun lien avec l’activité réelle de l’entreprise
• Toléré jusqu’en 2016


NIVEAU 2
Avantages
• Des moyennes de l’entreprise (plus en phase avec l’activité)
Inconvénients
• Des moyennes encore très globales


NIVEAU 3
Avantages
• Une valorisation plus importante
Inconvénients
• Nécessite une étude poussée en amont


NIVEAU 4
Avantages
• Données les plus précises
Inconvénients
• Nécessite de l’informatique embarquée
Chaque niveau de valeur est combinatoire. On peut donc choisir plusieurs niveaux de valeur dans une même règle de calcul.


a) Le cas de l’affrètement


- Soit l’affrété fournit l’information CO2 et le transporteur saisit manuellement cette valeur
- Soit le transporteur calcule lui-même les informations CO2 à partir de valeurs par défaut renseignées dans la fiche Tiers.


b) La transmission de l’information CO2 à son client


Les méthodes possibles de communication de l’information sont multiples.


L’obligation d’information peut être effectuée au moyen de tout document remis ou mis à disposition du bénéficiaire sur un support réel ou dématérialisé : il peut s’agir d’un devis (communication ex-ante), d’une facture ou de tout autre document spécifique.


Beaucoup de prestataires choisissent de faire figurer cette information sur la facture. Seul le report standard aura l’indicateur CO2 en pied de factures. Pour tout report personnalisé il y a un temps de paramétrage à prévoir. Néanmoins attention, dans le cas de l’affrètement, il faut s’assurer que l’affrété aura transmis l’information CO2 au transporteur avant émission de la facture. Un report par client peut être une méthode plus facile à mettre en place pour transmettre cette information.


3) Les bonnes questions à se poser pour bien appliquer cette nouvelle règlementation


- Sur quels niveaux de valeurs le client décide-t-il de s’orienter ?


En standard, notre module répondra aux niveaux 1 et 2 pour une mise en conformité optimale. Néanmoins certaines valeurs de niveaux 3 ou 4 sont réalisables, mais nécessitent une analyse en amont avec le chef de projet.


Attention les valeurs peuvent être combinatoires entre elles.


- Quel calcul Km le client souhaite-t-il utiliser ?


Nous proposons une cartographie intégrée au TMS permettant de répondre à la problématique du CO2 via une simulation du nombre de KM. L’utilisation du CNR est possible, ainsi que le lien avec l’informatique embarquée, tout dépend du niveau de précisions attendu par notre client.


- Sur quel document décide-t-on de faire figurer l’information CO2 et quand ?


Le transporteur a 2 mois pour transmettre à son client cette information et se mettre en conformité. Elle peut apparaître sur tous types de documents (devis, facture, report, etc…).


Attention néanmoins, il faut connaître le type de véhicule qui sera utilisé. Il est indispensable de préciser sous quelle forme on souhaite communiquer cette information.

Téléchargez l'article

 

Le 25 juin 2015

Akanea Développement poursuit sa croissance en dehors de nos frontières

Après les DOM et l’Afrique, la Suisse…


Présent depuis plus de 25 ans auprès des professionnels des secteurs du transport, de la logistique, de la douane et de l’agroalimentaire, AKANEA Développement étend aujourd’hui ses activités hors de l’hexagone.


Fort de son savoir-faire, AKANEA Développement a déjà de nombreux clients sur les pays du Maghreb (Tunisie, Maroc) et plus largement en Afrique (Sénégal, Congo, Côte d’Ivoire…), ou encore dans les Dom (Guadeloupe, Guyane, Mayotte…).


« Grâce à notre expertise, nous connaissons bien les impératifs de nos clients, leurs contraintes mais également les règlementations auxquelles ils sont soumis dans chaque pays » explique Philippe Grassi, PDG d’AKANEA Développement. « La maîtrise de leur environnement et de leurs impératifs, nous permet aujourd’hui de poursuivre notre développement à l’international avec notamment ATM Transports, notre premier client Suisse ».


Créée en 1976 en Suisse, ATM Transports SA organise pour ses clients les activités de transport sur la Suisse comme à l’international (routier, aérien, maritime), les déclarations douanières à l’import comme à l’export ainsi que la logistique. Présente sur 5 pays au travers de 13 agences (5 en Suisse, 1 en Thaïlande, 1 à Singapour, 2 en Chine et 4 en France), ATM Transports a choisi AKANEA Développement comme partenaire éditeur informatique pour l’accompagner dans son développement.


« Notre groupe est en plein essor et nos solutions de gestion doivent non seulement s’adapter à notre développement géographique mais aussi à celui du déploiement de nos activités » témoigne Patrick Jacot, Directeur Général d’ATM Transports. « Nos nombreux projets dont celui du nouveau centre logistique en cours en Suisse nous a amené à repenser notre architecture informatique. Nous avions besoin de solutions métiers interfaçables répondant à nos besoins actuels et futurs ».


L’offre Supply Chain d’AKANEA Développement permet à ATM Transports d’optimiser les flux d’informations et les flux physiques en assurant un dialogue entre tous les intervenants internes ou externes à l’entreprise.


« ATM Transports, comme beaucoup de nos clients, évolue dans un écosystème où interviennent une multitude d’acteurs devant communiquer efficacement entre eux pour une meilleure productivité. C’est pourquoi nous avons fait évoluer nos progiciels autour d’une solution complète au service de la Supply Chain, ce qui a permis de répondre aux attentes de ATM Transports » poursuit Philippe GRASSI.


Téléchargez le communiqué de presse

 

Le 4 novembre 2014

E-freight : AKANEA Développement partenaire du CIN

Sous l’impulsion de la direction des douanes de Roissy CDG de nombreux opérateurs participent aux différents pilotes « e-freight » à l’export et à l’impοrt : dématérialisation des procédures export avec la mise en place de l’e-freight chez Necotrans et l’éditeur logiciel AKANEA entre autres.


L'edito du mois d'octobre 2014

Publié le jeudi 16 octobre 2014 11:00, par Jean-François BOUILHAGUET - CEO de CIN France


Octobre 2014

2014 , vers la dématérialisation,

2015 , le e-freight.


Avec plus de 2 millions d’ECS ou d'ICS traités par an, la plate-forme collaborative de CIN France regroupe plus de 250 opérateurs qui, grâce à cet outil, échangent sur l’ensemble des aéroports français les informations nécessaires au traitement du fret aérien.


CIN France apparaît de plus en plus comme le support adapté à la dématérialisation des opérations logistiques, douanières et d’assistance aéroportuaires. Sous l’impulsion de la direction des douanes de Roissy CDG de nombreux opérateurs participent aux différents pilotes « e-freight » à l’export et à l’impοrt :


- dématérialisation de la comptabilité matière chez Partnair en collaboration avec l’éditeur de logiciel TDA,

- dématérialisation des procédures export avec la mise en place de l’e-freight chez Kintetsu, Ziegler, SDV, Necotrans et l’éditeur logiciel AKANEA, ainsi que WFS, Air France KLM, Singapour Airlines, Emirates, Delta,

- dématérialisation des procédures impοrt avec la mise en place de l’e-freight avec Kintetsu et Air France Klm.


Tous ces projets doivent nous amener à la dématérialisation possible en 2015 sur tous les secteurs du fret aérien. En effet la lenteur du développement du e-freight trouve sa source dans la multiplicité de systèmes opérationnels. Les accords bi-latéraux entre compagnie et commissionnaire en douane marquent l’intérêt commun à participer à l’avènement du e-freight (limité à l’e-AWB) mais n’apportent pas une solution globale ou chacun (notamment les douanes) trouve ses informations administratives ou opérationnelles.


Les CCS aériens intègrent l’ensemble des informations opérationnelles et administratives. Ils permettent la gestion très particulière de la sûreté aérienne, des certificats administratifs de destruction de marchandises, des certificats vétérinaires etc… Reliés aux opérateurs en piste, ils garantissent une traçabilité très fine des chargements en soute. La tendance étant l’utilisation massive des soutes des avions passagers (72 % des flux internationaux) pour le transport du fret aérien, nous comprenons la nécessité d’un contrôle précis de la sûreté des marchandises.


Les autorités américaines ont déjà annoncé la date du 1er janvier 2016 pour que l’ensemble des informations liées à l’impοrtation ou l’expοrtation des marchandises soient totalement « Digital ». Le CIN en France devient l’outil collaboratif qui répond aux besoins de multiples aéroports, de multiples opérateurs et qui garantit la standardisation liée à une plate-forme commune pour les échanges électroniques à venir. Ne doutons pas que 2015 connaîtra l’avènement définitif du e-freight.

Akanea TMS Station Chargeur : pour une communication élargie entre les transporteurs et leurs clients chargeurs

AKANEA Développement a présenté sa solution de gestion et de traçabilité des expéditions à destination des transporteurs pour les donneurs d’ordres et les chargeurs : Akanea TMS Station Chargeur.

Atteindre l’optimum entre le service rendu au client et la maîtrise économique des coûts est l’objectif permanent des entreprises du transport qui cherchent de nouvelles voies pour améliorer leurs performances, et répondre au mieux aux attentes de leurs clients.

 

Akanea TMS Station Chargeur est une application logicielle autonome qui s’adresse aux transporteurs souhaitant fiabiliser et fidéliser leurs relations avec leurs donneurs d’ordres.

 

« Les transporteurs doivent être aujourd’hui de plus en plus réactifs vis-à-vis de leurs clients chargeurs. Avec Akanea TMS Station Chargeur, ils leurs apportent un outil leur permettant de fluidifier et de démocratiser les flux d’informations pour optimiser la traçabilité des échanges » explique Arnaud MARTIN, Directeur du développement de marchés de AKANEA Développement.

 

Accessible via internet, adaptable aussi bien aux métiers du lot que de la messagerie ou de l’express, Akanea TMS Station Chargeur permet d’offrir une prestation de communication et de suivi aux clients du transporteur tout en optimisant son exploitation.

 

Ainsi le transporteur met à la disposition de ses clients chargeurs certaines fonctionnalités d’exploitation de son propre système d’information transport et logistique. Il y gagne en productivité puisque les informations sont introduites par le chargeur, soit via une saisie soit via un connecteur lui permettant d’importer ses bons de livraison. Le client chargeur peut à tout moment consulter les écrans de SAV avec le suivi des expéditions, les statuts de livraison et les bordereaux de livraison émargés par le client final.

 

 

« Akanea TMS Station Chargeur est autonome, interfaçable avec tous les TMS du marché, chez tous les clients du transporteur qu’ils soient chargeurs occasionnels comme grands remettants » continue Arnaud MARTIN.

 

Akanea TMS Station Chargeur est une solution SaaS, ce qui lui confère une souplesse d’utilisation, une prise en main simplifiée et une tarification basée non pas sur le nombre de licence, mais sur le volume global d’ordres de transport gérés.

 

Akanea TMS Station Chargeur répond donc aux exigences de communication, de flexibilité et de traçabilité des transporteurs comme des chargeurs en leur permettant :

- d’importer les bons de livraison issus d’applications tierces (gestion commerciale ou ERP)
- d’établir et de gérer des plans de transport
- de transmettre des ordres de transport
- d’adapter les étiquetages (format et contenu) suivant des pré-requis
- de paramétrer et personnaliser des zones de saisies
- d’accéder pour chaque ligne de commande aux différents statuts de livraison
- d’éditer automatiquement les bordereaux d’expédition ou de livraison émargés par le client final


Téléchargez le communiqué de presse

 

Le 24 mars 2014

Akanea WMS V14 : la nouvelle version du WMS d’AKANEA Développement

AKANEA Développement a présenté la nouvelle version de son WMS, Akanea WMS V14. Celle-ci intègre une multitude d’évolutions dont l’objectif est de faciliter le quotidien des utilisateurs et d’augmenter la productivité de ses clients.

Aujourd’hui, les entreprises du transport et de la logistique évoluent dans un marché où il faut produire plus à ressources constantes dans un environnement instable où elles sont confrontées à des problématiques de flexibilité. Akanea WMS V14 est donc le fruit des réflexions menées par l’éditeur sur l’évolution des besoins et process de ses clients confrontés à un écosystème dans lequel intervient une multitude d’acteurs devant communiquer efficacement entre eux.

« Il ne s’agit pas de changements fondamentaux ou de révolution, mais l’intégration de nouvelles fonctionnalités optimisant le décloisonnement entre WMS, TMS et Douane » explique Jean-Marc ROCHE, Chef de marché de l’activité Transport International, Douane et Logistique d’AKANEA Développement.

Un module e-commerce optimisé

Particulièrement adapté aux activités de vente par internet, ce module e-commerce est également adapté aux prestataires logistiques, industriels ou distributeurs dont l’activité est caractérisée par de nombreuses commandes à faible volume d’articles. Pour optimiser les opérations de préparation de ces typologies de commandes, Akanea WMS V14 intègre un module qui permet de massifier les commandes et d’y lier les articles, plutôt que de les préparer unitairement.

« Concrètement, les opérateurs se déplacent dans l’entrepôt pour aller chercher des articles communs à plusieurs commandes. Les articles sont ensuite scannés les uns après les autres, pour effectuer le postcolisage. Chaque article est alors affecté à une commande client » poursuit Jean-Marc Roche.

Un module de gestion des alcools

Afin de permettre à ses clients et prospects de développer leurs activités, AKANEA Développement intègre à sa dernière version Akanea WMS, V14, une fonctionnalité permettant de gérer les alcools et d’en calculer les droits d’accises. Un prestataire logistique qui gère des flux d’alcool peut ainsi automatiser, sans ressaisie, les sorties des marchandises de l’entrepôt directement dans le logiciel douane pour être ensuite traitées dans le respect des procédures douanières règlementaires Gamma.

«Ce nouveau module répond précisément à la demande forte de nombreux de nos clients. Nous avons donc construit cette offre spécifiquement pour eux. Et en tant qu’éditeur certifié par les Douanes Françaises, notre compétence concerne également d’autres marchés que celui des alcools pour lesquels nous devrions proposer de nouveaux modules adaptés » continue Jean-Marc Roche.

Une interface avec les plate-formes d’expédition

Autre évolution permettant aux entreprises d’optimiser la communication avec leur écosystème pour gagner en productivité, l’interface avec les plate-formes d’expédition comme Colissimo, TNT, Gefco…

« Il s’agit d’éviter des saisies d’informations sur les stations par les opérateurs alors même que celles-ci sont déjà disponibles dans le WMS » explique Jean-Marc ROCHE. « Cela concerne en particulier l’étiquetage avec des acteurs comme COLISSIMO dont nos clients utilisent les stations pour leurs expéditions et dont nous ferons la démonstration sur notre stand au SITL».


Téléchargez le communiqué de presse

 

Le 1 avril 2014

Vers le haut
Vers le bas