webleads-tracker

E-freight : AKANEA Développement partenaire du CIN

Sous l’impulsion de la direction des douanes de Roissy CDG de nombreux opérateurs participent aux différents pilotes « e-freight » à l’export et à l’impοrt : dématérialisation des procédures export avec la mise en place de l’e-freight chez Necotrans et l’éditeur logiciel AKANEA entre autres.


L'edito du mois d'octobre 2014

Publié le jeudi 16 octobre 2014 11:00, par Jean-François BOUILHAGUET - CEO de CIN France


Octobre 2014

2014 , vers la dématérialisation,

2015 , le e-freight.


Avec plus de 2 millions d’ECS ou d'ICS traités par an, la plate-forme collaborative de CIN France regroupe plus de 250 opérateurs qui, grâce à cet outil, échangent sur l’ensemble des aéroports français les informations nécessaires au traitement du fret aérien.


CIN France apparaît de plus en plus comme le support adapté à la dématérialisation des opérations logistiques, douanières et d’assistance aéroportuaires. Sous l’impulsion de la direction des douanes de Roissy CDG de nombreux opérateurs participent aux différents pilotes « e-freight » à l’export et à l’impοrt :


- dématérialisation de la comptabilité matière chez Partnair en collaboration avec l’éditeur de logiciel TDA,

- dématérialisation des procédures export avec la mise en place de l’e-freight chez Kintetsu, Ziegler, SDV, Necotrans et l’éditeur logiciel AKANEA, ainsi que WFS, Air France KLM, Singapour Airlines, Emirates, Delta,

- dématérialisation des procédures impοrt avec la mise en place de l’e-freight avec Kintetsu et Air France Klm.


Tous ces projets doivent nous amener à la dématérialisation possible en 2015 sur tous les secteurs du fret aérien. En effet la lenteur du développement du e-freight trouve sa source dans la multiplicité de systèmes opérationnels. Les accords bi-latéraux entre compagnie et commissionnaire en douane marquent l’intérêt commun à participer à l’avènement du e-freight (limité à l’e-AWB) mais n’apportent pas une solution globale ou chacun (notamment les douanes) trouve ses informations administratives ou opérationnelles.


Les CCS aériens intègrent l’ensemble des informations opérationnelles et administratives. Ils permettent la gestion très particulière de la sûreté aérienne, des certificats administratifs de destruction de marchandises, des certificats vétérinaires etc… Reliés aux opérateurs en piste, ils garantissent une traçabilité très fine des chargements en soute. La tendance étant l’utilisation massive des soutes des avions passagers (72 % des flux internationaux) pour le transport du fret aérien, nous comprenons la nécessité d’un contrôle précis de la sûreté des marchandises.


Les autorités américaines ont déjà annoncé la date du 1er janvier 2016 pour que l’ensemble des informations liées à l’impοrtation ou l’expοrtation des marchandises soient totalement « Digital ». Le CIN en France devient l’outil collaboratif qui répond aux besoins de multiples aéroports, de multiples opérateurs et qui garantit la standardisation liée à une plate-forme commune pour les échanges électroniques à venir. Ne doutons pas que 2015 connaîtra l’avènement définitif du e-freight.



Vers le haut
Vers le bas