Comment les ERP ont contribué à l’évolution du transport depuis 40 ans ?

Au fur et à mesure des décennies, la société et son économie tout entière ont évolué sans discontinuer : nouvelles technologies, nouveaux comportements de consommation et donc nouveaux défis à relever pour les entreprises. Le secteur du transport et de la logistique n’y a pas échappé et s’est continuellement adapté lui aussi. Ainsi, les métiers liés à ces domaines ont évolué en fonction : de l’invention et l’évolution des types de marchandises transportées et des modes de transport, des données socio-économiques, des nouvelles technologies et des réglementations qui ont cadré l’exercice de l’activité.

De quelle façon les logiciels ERP ont contribué à l’évolution des fonctions transport ? Et à quoi ressemblera le marché du transport dans les années à venir ?

De 1950 à 1975 : L’essor du transport routier de marchandises

Durant les 30 glorieuses, l’économie française est en pleine expansion. Avec l’avènement de la société de consommation, la demande des ménages en produits manufacturés explose littéralement. Les entreprises cherchent, pour répondre aux besoins, à produire des biens en masse afin de les vendre directement sur un marché national. A ce moment-là, la concurrence reste très faible et les producteurs n’ont pas à se soucier d’un éventuel raccourcissement des délais pour améliorer la satisfaction client.

Durant cette période, le transport routier de marchandises prend son essor, et supplante progressivement le rail, délaissé peu à peu car il exige des pré et post acheminements à chaque extrémité. Les sociétés de transports sont majoritairement de petites structures familiales possédant une flotte de véhicule limitée. Cependant, certaines grandes entreprises telles que Bernis ou Malissard florissent également sur le marché. Le secteur se régule avec l’apparition « des cartes de transport ou licences » différentes selon les distances à parcourir autorisées pour chaque transporteur. La croissance du transport routier participe au développement de l’économie française.

De 1975 à 1990 : Les premiers ERP

A partir des années 70, l’économie française se stabilise : la croissance est moins soutenue. Les échanges s’étendent aux autres pays européens, la concurrence se développe et les consommateurs sont plus volatiles.

Les entreprises commencent également à s’informatiser, et l’arrivée des ERP (Enterprise Resource Planning) va déclencher un décloisonnement des fonctions, et une prise de conscience du rôle transversal de la logistique.

La réglementation continue d’évoluer afin de mieux cadrer le secteur. Les enjeux de sécurité et de qualité de service apparaissent progressivement avec de nouvelles normes à respecter pour les professionnels. Les premières certifications ISO se développent dès 1987, suivies de près par le lancement de politiques QHSE (Qualité, Hygiène, Sécurité, Environnement).

Les années 90 : Partager, informer et communiquer

Les années 90 marquent les débuts de l’ultra personnalisation des offres, les consommateurs incités par la publicité de masse veulent des produits uniques à leur image. Les industriels intègrent à leur production des procédés pour répondre à cette tendance. Disposer de partenaires de confiance tels que des transporteurs routiers et des logisticiens tout au long de leur chaine d’approvisionnement est indispensable pour répondre à ces nouvelles exigences. Ces professionnels ont dès lors un rôle clé : offrir les meilleures garanties à leurs clients en passant par des process de stockage et d’acheminement des marchandises éprouvés, contrôler et optimiser par des solutions informatiques performantes. Les TMS (Transport System Management) et WMS (Warehouse System Management) prennent alors tout leur sens…

Des ERP transport dits « communiquant » émergent ainsi que l’EDI (Echanges de Données Informatisés), permettant aux différents services des organisations de se connecter et de partager des informations. La logistique joue ainsi un rôle stratégique au sein des marchés, en tant que « colonne vertébrale » de l’entreprise. Le concept de bourse de fret naît dans ces années grâce au système Minitel pour ses communications.

De 2000 à 2020 : Une population connectée

L’ascension fulgurante du e-commerce, grâce notamment à l’arrivée du haut-débit, puis l’émergence des smartphones en 2010 bousculent les modes de consommation et habitudes d’achat de la population mondiale. Les marchandises sont de plus en plus nombreuses sur les routes, et font également plus de kilomètres pour arriver chez les consommateurs.

Pour faire face à la concurrence, les transporteurs doivent :

  • Satisfaire les exigences de leurs clients: diminution des coûts, réduction des délais de livraison, traçabilité et transparence sur l’avancée des opérations.
  • Communiquer avec l’écosystème afin de fluidifier les flux de transport et gagner en productivité.

Les solutions logicielles TMS et WMS se sont développées et permettent à l’exploitation de définir des schémas logistiques optimisés, d’anticiper les frais liés à l’activité et de communiquer avec l’ensemble des acteurs (expéditeur, transporteurs, transitaires, …) grâce à l’interfaçage des systèmes informatiques.

Pour tracer les transports et répondre aux réglementations en vigueur, les premiers systèmes « d’informatique embarquée » sous le nom d’UEV (Unité Embarquée du Véhicule) font leur apparition, pour remplacer les disques papiers.

Où en sommes-nous aujourd’hui ?

La consommation des Français n’a fait qu’augmenter chaque année depuis 1960 : le volume annuel de consommation par personne est maintenant 4 fois supérieur à cette période. Les fonctions logistique et transport sont plus que jamais des fonctions stratégiques pour l’ensemble des entreprises.

Les nouvelles technologies :

Pour optimiser et piloter leur activité, ainsi que répondre aux exigences des consommateurs, les professionnels du transport routier misent sur les nouvelles technologies. Les logiciels métiers, type TMS, ont continué d’évoluer pour être toujours plus innovants, et répondre aux nouveaux besoins des transporteurs. Aujourd’hui, ils permettent de définir les schémas de transport les plus optimaux en termes de kilomètres, de coûts, de remplissage, … dans le but de toujours réduire les coûts et les délais, et garantir une satisfaction client. Au niveau opérationnel, les solutions TMS sont interconnectables afin d’assurer un suivi complet et en temps réel des flux de transport, avec des remontées d’alertes en cas de problème ou de changement de statut, et l’édition automatique de document telle que la facturation. Des applications mobilité comme XMobile permettent à l’exploitation et aux conducteurs de partager des informations instantanément (nouvelles missions, preuves de livraison, événements, …).

Et, couplés à des technologies telles que l’Internet des Objets (IoT) ou l’Intelligence Artificielle (IA), les logiciels TMS peuvent collecter une quantité considérable de données, les organiser et les analyser pour proposer des indicateurs clés de performance. Ils sont devenus de véritable outil de pilotage, d’analyse et d’aide à la décision.

La transition écologique :

Avec la prise de conscience écologique de la société, et les inquiétudes décelées dans le dernier rapport du GIEC, toutes les entreprises doivent fournir des efforts considérables pour réduire leur empreinte carbone. Le secteur routier qui émet en 2020 selon l’Insee une quantité de gaz à effet de serre équivalant à 107,5 millions de tonnes de CO2, doit lui aussi diminuer son impact environnemental. Pour cela, plusieurs initiatives complémentaires s’offrent aux professionnels : l’acquisition de véhicules électriques, de véhicules consommateurs de biocarburants, l’utilisation de nouvelles énergies ou encore la formation des conducteurs à l’éco-conduite.

Les logiciels TMS pour l’optimisation de l’exploitation de transport sont également un moyen de d’aider à réduire ses émissions de CO2. Véritable outil de planification et d’organisation de vos opérations de transport, une solution logicielle telle que Akanea TMS donne la possibilité d’optimiser ses voyages, de maximiser le taux de remplissage des véhicules, et donc de réduire le nombre de camions nécessaires ; mais aussi de mieux organiser ses tournées afin qu’elles soient moins énergivores.

Comment le métier de transporteur va-t-il évoluer ?

Dans le cadre du projet européen Future DRV qui vise à mener des recherches sur l’avenir de la conduite professionnel, trois évolutions majeures ont été définies sur le métier de conducteur routier professionnel.

1- La réduction des tâches de conduite.

Aujourd’hui, les référentiels métiers du conducteur routier présentent les principales activités de la profession comme la conduite et la manœuvre du véhicule. Le profil métier identifié par le projet Future DRV s’articule plutôt autour des activités de surveillance, et de manœuvre du véhicule. En effet, il s’agira davantage de piloter le véhicule en s’appuyant sur des solutions automatisées, tout en conservant un rôle d’intervention en cas de défaillance ou de problèmes.

2- Le développement des compétences digitales

Les outils informatisés et connectés sont d’ores et déjà bien utilisés au sein du secteur du transport. Il sera nécessaire pour les conducteurs de développer leurs compétences digitales afin de pouvoir exploiter correctement ces technologies. On parle ici de savoir d’une part maîtriser des compétences liées au digital, mais également de développer des aptitudes analytiques pour utiliser au mieux les données fournies par les instruments de bord et outils de pilotage.

3- Le renforcement du sens du service client

La qualité de la relation client entre le conducteur et le consommateur est un enjeu auquel les acteurs du marché font déjà face. Dans les années à venir, il deviendra encore plus important. Le conducteur sera amené à collaborer davantage avec le client, où il agira comme la vitrine commerciale de son entreprise, en projetant une image cohérente et positive, et en communiquant activement avec son client.

Selon les prévisions des organismes dédiés, l’expansion de la population mondiale qui devrait atteindre 9.7 milliards de personnes en 2050, continuera de stimuler le marché du transport routier de marchandises. Le développement des nouvelles technologies va lui aussi modifier les schémas du secteur, avec l’arrivée des véhicules autonomes et l’utilisation de nouveaux moyens de livraison, notamment dans l’espace urbain, tels que les drones ou les robots. De grands changements sont encore à prévoir pour ce marché stratégique…

Comment les ERP ont contribué à l’évolution du transport depuis 40 ans ?

Inscrivez-vous à notre newsletter trimestrielle pour recevoir les actualités du transport routier de marchandises

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Découvrez des articles qui peuvent vous intéresser :

Comment un logiciel peut accompagner les entreprises du TRM dans leur transition écologique ?

Comment un logiciel peut accompagner les entreprises du TRM dans leur transition écologique ?

Pourquoi les solutions mobilité sont-elles devenues indispensables aux transporteurs routiers

Pourquoi les solutions mobilité sont-elles devenues indispensables aux transporteurs routiers ?

Les 3 grandes tendances du secteur de la supply chain pour 2022

Les 3 grandes tendances du secteur de la supply chain pour 2022