AKANEA » Marchés Agroalimentaires » Le rôle et la place de la qualité agroalimentaire dans une station.
Le rôle et la place de la qualité agroalimentaire dans une station

La qualité, est une notion claire et floue à la fois. Nous avons donc voulu en savoir plus sur ce qu’elle est vraiment.
Aujourd’hui la qualité agroalimentaire est au cœur de la production et on peut dire qu’elle est une condition pour vendre.

Lorsque l’on vous dit que nos collaborateurs sont des experts de votre filière, ce n’est pas du blabla. Pour répondre à nos questions, nous nous sommes adressés à Audrey ILTIS actuelle Responsable satisfaction client chez AKANEA et ancienne Responsable qualité d’une exploitation agricole et station de conditionnement.

La qualité agroalimentaire, qu’est-ce que c’est ?

Le dictionnaire donne les définitions suivantes : « Supérieur en quelque chose », « aspect positif » « aspect d’une chose », « supérieur à la moyenne » et « avec le droit que confère tel titre ».

Concernant le secteur agroalimentaire, la qualité se scinde en deux, la qualité du process et la qualité du produit.

La qualité agroalimentaire des process

La qualité process est plus large car celle-ci concerne le mode de production, le conditionnement et le flux du produit depuis sa récolte jusqu’à sa mise en rayon. La plupart des professionnels gèrent cet aspect via des cahiers des charges.

  • Soit des cahiers des charges « normalisés » mis en place volontairement par l’entreprise. Les plus connus sont ceux imposés par les normes IFS (IFS Food est une certification, prérequis pour accéder à la grande distribution Française, Allemande et Italienne.), BRC (British Retail Consortium, se destine uniquement aux distributeurs anglais. ) et la dernière norme CoC (Chain of Custody).
  • Soit des cahiers des charges client. Ces derniers sont alors entièrement rédigés par le client et prennent aussi bien en compte des exigences réglementaires que des attentes strictement personnelles.

Dans les deux cas, tous les professionnels du secteur agroalimentaire se doivent de respecter la norme HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point. Méthode qui a pour objectif de protéger les consommateurs des potentiels dangers liés à la consommation de produits issus du secteur agroalimentaire. La mise en place de cette méthode est obligatoire pour l’ensemble des pays de l’Union européenne). Cette norme prévient les risques chimiques, microbiologiques, physiques et allergènes qui peuvent entrer dans le process.

FOCUS sur la nouvelle certification CoC (Chain of Custody) :

Ce nouveau cahier des charges vient tout juste de sortir sur le marché des Fruits et Légumes. Cette certification va prendre en compte la qualité dès les étapes dans le champ, contrairement aux certifications IFS et BRC qui commencent à l’entrée en station.

Cette différence est peut-être minime sur le papier mais change beaucoup de choses pour le professionnel. « Le cahier cultural et les certifications produits tels que GLOBALG.A.P. seront pris en compte dans ce nouveau cahier des charges. » précise Audrey ILTIS.
Il y a une réelle et complète valorisation de la marchandise. Cela permet une rémunération au plus juste du producteur et un prix de vente qui respecte le travail réalisé sur le produit.

Les stations de Fruits et Légumes devraient à l’avenir majoritairement passer à la certification CoC afin de garantir qu’il n’y ait pas de mélanges de produits (variété, traitement et origine).

La qualité agroalimentaire du produit

La qualité produit englobe les valeurs nutritionnelles et l’aspect du produit. L’intérieur ainsi que l’extérieur du produit sont analysés. On cherche à établir ou confirmer une teneur en nutriment, un taux de sucre, une coloration, un calibre ainsi que d’autres aspects organoleptiques et visuels du produit.

On peut donc dire, que la qualité n’est pas seulement un aspect ou une méthode mais elle est au cœur du produit et son environnement.

Pourquoi mettre en place la qualité agroalimentaire à tous les niveaux ?

1. La qualité répond à certaines obligations

L’obligation du respect de la norme HACCP portant sur l’hygiène est à elle seule, une raison suffisante.

Dans un second temps, intervient l’obligation de traçabilité du produit. « Les professionnels de petites ou grandes structures ont l’obligation de retracer le parcours du produit. Les certifications comme IFS, BRC et CoC sont là pour apporter un cadre, des garanties et des certitudes. Être certifié permet d’offrir la certitude que la traçabilité produit est bien réalisée. Ce suivi strict est demandé et vérifié par le service des fraudes. »

En effet, le service des fraudes (DGCCRF : Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) demande une traçabilité juste… Si l’entreprise se fait contrôler celle-ci doit prouver qu’elle maîtrise la traçabilité.
Intervient ensuite les organismes certificateurs IFS, BRC ou CoC qui vérifient le respect des cahiers des charges.

2. La qualité est un droit d’accès à la vente

Avoir une traçabilité de qualité sert également les intérêts du professionnel qui l’assure. Cela lui permet de s’ouvrir à de nouveaux marchés et de vendre aux GMS. Celles-ci s’adressent aux consommateurs finaux et se doit de distribuer des produits répondant à des critères de qualité et de sécurité alimentaire. Les GMS sont donc plus à même de référencer votre produit si vous êtes certifié IFS, BRC ou CoC.

3. La qualité agroalimentaire gage de satisfaction client

Respecter des normes et garantir un niveau de qualité permet indirectement de garantir une sécurité alimentaire.

Vous maintenez ainsi de bonnes relations commerciales, évitez les erreurs et litiges et favorisez la satisfaction client.

4. Fiabiliser les échanges entre partenaires

Les flux d’informations échangés avec vos producteurs et vos acheteurs sont sécurisés par la démarche qualité :

  • La traçabilité du produit,
  • La conformité au cahier des charges,
  • La juste Rémunération producteur,
  • La gestion des litiges avec le suivi des actions.

 La qualité agroalimentaire avec AKANEA

« La première chose, c’est de connaître tout le process de l’entreprise. C’est la base dans toutes les entreprises agroalimentaires : connaître l’ensemble des étapes de fabrication, dans l’intérêt d’optimiser le process. Il est possible pour l’entreprise de réaliser un état des lieux en identifiant ce qu’elle fait et comment elle le fait mais aussi quel est le flux et comment le produit circule dans la station. » nous explique Audrey ILTIS.

Cette étape est bénéfique pour l’entreprise car elle identifie les points de difficultés. Pour l’éditeur, cela lui donnera les indices nécessaires afin d’apporter une solution adaptée dans l’objectif de coller le mieux possible au process en place.

Une fois cette première étape réalisée, nous passons à la lecture du cahier des charges, BRC par exemple. Ces cahiers des charges vont nous imposer certaines notions comme celle de la traçabilité.

Comment AKANEA répond à la qualité agroalimentaire ?

Une traçabilité fiabilisée

« AKANEA permet d’avoir une traçabilité juste, pour éviter les fraudes et être en règle face aux obligations et demandes des clients et partenaires. Nous accompagnons les entreprises qui doivent répondre à un cahier des charges spécifique comme IFS ou BRC ou encore CoC. »

Votre traçabilité est ainsi fiabilisée pour un audit de contrôle, rassurante et sécurisante pour les clients et partenaires.

La gestion des certifications efficace par AKANEA

Une autre fonctionnalité des logiciels agroalimentaire AKANEA associée à la qualité est la gestion des certifications.

« Par les certifications on peut s’assurer qu’un produit rentré certifié sortira certifié. » C’est une garantie supplémentaire pour les producteurs. Cette fonctionnalité permet également de gérer des cahiers des charges clients complexes.

Le module « Qualité tactile », le vrai plus pour votre activité

Grâce au module qualité d’AKANEA, les professionnels peuvent désormais envoyer photos et rapports directement au producteur.
Cette fonctionnalité opère lors de votre contrôle qualité à la réception de marchandises.

« C’est quasiment instantané. Lorsque je travaillais dans la station de F&L, nous cherchions toujours du temps pour envoyer ce rapport. Car nous devions écrire le mail et joindre les photos pour chaque lot. Avec cette opportunité qu’offre AKANEA, le travail de la personne chargée du contrôle qualité est simplifié et sécurisé. Aussi, le producteur ne peut pas contester le rapport. »

La rémunération production peut ainsi se faire au plus juste.

Nos logiciels s’interfacent avec vos outils de contrôle qualité et vous évite les ressaisies d’informations. À la clé ? Gain de temps et productivité et diminution des erreurs et litiges !

Ce qu’il faut retenir sur le rôle et la place de la qualité agroalimentaire dans une station.

Une bonne connaissance de son process est le point d’orgue pour une qualité agroalimentaire irréprochable.

« Il est nécessaire de décortiquer son process, car il permet de tout analyser. Aussi bien l’HACCP à chaque étape que la traçabilité afin que l’éditeur propose des outils adaptés.

AKANEA apporte des solutions globales de gestion de la qualité agroalimentaire avec la traçabilité des emballages, la traçabilité produit et la maîtrise des cahiers des charges. »

Ces articles pourraient également vous intéresser :

Comment sécuriser sa production agro-alimentaire ?

Comment sécuriser sa production agro-alimentaire ?

Les clefs pour construire votre budget pour un ERP agroalimentaire

Les clefs pour construire votre budget pour un ERP agroalimentaire

Optimiser puis sécuriser ses choix de certification HVE, ZRP ou autre

Optimiser puis sécuriser ses choix de certification HVE, ZRP ou autre